Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Sur la route…

Une organisation spécifique

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 février 2019 (modifié le 15 mai 2019)

La sécurité au centre de l’attention

Tout au long de l’année, les gestionnaires du réseau routier et autoroutier (directions interdépartementales des routes, sociétés d’autoroutes, départements, communes) travaillent pour assurer la sécurité et l’entretien des routes.
Les conditions météorologiques particulières de l’hiver entraînent la mise en place d’un dispositif spécifique pour assurer le maintien de la circulation, appelé viabilité hivernale (VH)..

Des moyens spécifiques

La viabilité hivernale demande une logistique élaborée et la mise en œuvre d’importants moyens humains et matériels pour assurer la sécurité des usagers de la route. Les interventions effectuées au cours de cette période visent à garantir aux usagers de la route des conditions optimales de sécurité et de mobilité.
Cependant, toutes les routes ne peuvent être surveillées et entretenues ni de la même manière, ni dans les mêmes délais. Les coûts induits seraient importants et la dépense parfois peu utile, sans compter les conséquences écologiques de traitements excessifs. C’est pourquoi tous les gestionnaires de réseau routier fixent des priorités d’intervention dans leur document d’organisation de la viabilité hivernale. Ils y précisent l’organisation du travail mise en place, les circuits d’intervention prioritaires et les moyens pouvant y être affectés dans le respect de la sécurité des usagers et de leur personnel.
Les équipes sont formées à la conduite et au maniement des engins, à l’utilisation optimale du sel…

Après chaque saison de viabilité hivernale, les gestionnaires routiers font un bilan et tirent des enseignements pour la saison suivante.

La météorologie : une science difficile à prévoir

La formation de neige dans l’atmosphère dépend de nombreux paramètres température de l’air, teneur en vapeur d’eau dans l’air…) dont la fluctuation, même infime, peut modifier l’état de la précipitation et provoquer de la pluie au lieu de la neige (et réciproquement).
Ainsi, malgré les progrès technologiques, les moyens mis en œuvre et les compétences des prévisionnistes, la neige reste, et restera longtemps encore, un phénomène très difficile à prévoir.

La gestion du trafic en cas d’intempéries

Des plans spécifiques de gestion du trafic sont établis à l’avance et, si nécessaire, mis en œuvre : ce sont les plans intempéries. Ils sont soit départementaux, soit interdépartementaux et sont déclenchés par le préfet de département ou le préfet de zone de défense.
Ces plans ont pour principal objectif d’assurer l’écoulement du trafic et la sécurité des personnes, en évitant le blocage des axes routiers et autoroutiers.

Néanmoins, malgré toute l’attention et les améliorations successives apportées à ces dispositifs, il peut arriver que l’action des pouvoirs publics ne suffise pas en cas de phénomènes climatiques exceptionnels ou lors d’une forte pointe de trafic.